Les fruits et leur diversité

Types de fruits

Types de fruits

Le fruit est le résultat de la fécondation de l’ovaire par le pollen.

On lui donne le nom de fruit lorsqu’il a atteint sa maturité. Il dérive donc strictement des parties femelles de la fleur.

Le fruit renferme autant de graines que l’ovaire renfermait d’ovules.

La diversité des fruit est considérable et leur classement botanique se fait essentiellement à partir des observations suivantes :

Position de l'ovaire dans la plante

Position de l’ovaire dans la plante

– position infère (englobé ou non dans un réceptacle) ou supère (et soudé juste par sa base) de l’ovaire

– structure intime de l’ovaire.

fruit charnu, fruit sec déhiscent et fruit sec indehiscent

fruit charnu, fruit sec déhiscent et fruit sec indehiscent

Le fruit mûr se compose d’un ou plusieurs carpelles libres ou soudés.Il peut être ligneux, sec s’ouvrant ou ne s’ouvrant pas à maturité, charnu, simple ou multiple. Un fruit sec peut sembler charnu comme le fruit de l’if, parce qu’il est entouré d’une sorte d’appendice charnu, l’arille, qui n’est pas le fuit lui-même. Un fruit sec multiple comme la fraise peut sembler simple et charnu car les petits fruits sont disposés sur le support charnu que l’on mange mais qui n’est pas le fruit.

Fruit simple et fruit composé

Fruit simple et fruit composé

 

Fruit charnu

Chez certaines fleurs, la paroi de l’ovaire, après la fécondation se développe énormément, devient charnue, plus ou moins juteuse et parfois comestible.

Attention, il ne faut pas confondre les fruits charnus et les réceptacles charnus (induvie) de certains fruits secs comme la fraise…même si il sont aussi bons à manger.

Drupe : fruit composé d’un seul carpelle, charnu à sa paroi externe et ligneuse à sa partie interne (cerise par exemple)

Baie : Fruit simple, mou, charnu, sans noyau, en général succulent, contenant une ou plusieurs graines et ne s’ouvrant pas spontanément à maturité. Exemples : datte, tomate, banane, pommes, groseilles, raisin.

Fruit pommacé : l’ovaire et son réceptacle floral se développent en même temps, il en résulte un fruit à pépins dan sa partie centrale (baie) et un faux fruit en périphérie (ex : pomme, coing)

La pulpe est la partie tendre et charnue des fruits et de certains légumes.

Fruit sec

Fruits secs s’ouvrant à maturité (déhiscents) ou non (indéhiscents), à une ou plusieurs loges, à graine adhérente ou non.

La paroi (péricarpe) du fruit sec peut être lignifiée donc très dure, on l’appelle alors coque (ex : noix, noisettes). Par extension, on nomme aussi coque la paroi rigide de certains fruits charnus comme le litchi par exemple.Selon le nombre de carpelles, la forme des fruits et le mode de déhiscence, on distingue :

L’akène, fruit sec, ne s’ouvrant pas à maturité (indéhiscent) et contenant une seule graine. Le péricarpe n’adhère pas à la graine. Les graines des Reines-marguerites, ainsi que toutes celles des plantes de la famille des Asteraceae et des Lamiaceae par exemple sont des akènes (érable, noisette, pissenlit, etc.).

Le caryopse, lui, est un fruit sec à une seule loge, renfermant une graine intimement soudée avec le péricarpe comme par exemple les grains de blé, de seigle ou de maïs. C’est le type de fruit très original, typique de la famille des poaceae.

Les samares, fruits secs, membraneux, indéhiscents (qui ne s’ouvrent pas spontanément à maturité) à loges monospermes prolongées en ailes membraneuses (fruit de l’orme ou de l’érable)

Les siliques, beaucoup plus longues que larges, fruits des plantes de la famille des Brassicaceae anciennement nommées crucifères et de quelques papaveraceae. On pourrait confondre les siliques avec une gousse mais leur organisation est très différente, les deux parties s’ouvrant mais les graines restant implantées sur une fausse cloison (colza). La silique est un fruit libre, sec, capsulaire, à deux carpelles soudées, déhiscents latéralement (qui s’ouvrent latéralement à maturité pour libérer les graines). Les graines sont insérées dans des loges. Lorsque la partie dorsale de de chaque carpelle se détache, les graines restent attachées aux placentas qui constituent avec la commissure des carpelles une sorte de chassis qui persiste.

Les capsules, fruits secs qui s’ouvrent à maturité (déhiscent) en une ou plusieurs loges. Souvent, les ouvertures d’une capsule sont réduites à de simples trous ou pores, à des fentes, à de petites valves ou à des sortes de battants. Le pavot est l’exemple type de la capsule.

Les follicules, sortes de petits sacs qui ne laissent s’échapper les graines que par une seule fente (ex : pivoine ou hellébore)

Les gousses, qui s’ouvrent à maturité en deux valves (petit pois ou haricot), on appelle gousse leur paroi externe (péricarpe)

Les pyxides, de forme sphériques qui s’ouvrent par une fissure équatoriale, les deux hémisphères se disjoignant (jusquiame, mouron).

Les fruits du pissenlit

Les fruits du pissenlit

Certains fruits secs ( comme les fruits du pissenlit) portent des aigrettes, faisceaux de poils ou de soies qui facilitent leur dispersion.

Arille

Arille vient du latin arillus ou grain de raisin.C’est une production d’origine tégumentaire, se développant après la fécondation et ayant valeur d’enveloppe.Cette production se constitue au niveau de la graine ou autour d’elle, l’enveloppant totalement. L’exemple le plus classique est celui de la graine d’if.

Arille d'if

Arille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: