En temps de guerre….

le cri - sculpture Maryvonne Pellay

le cri – sculpture Maryvonne Pellay

Puisque nous sommes en guerre, dit le Président…Que faites-vous?

Puisqu’on nous demande de prendre les armes en restant enfermés chez nous…Que faites-vous?

La psychose du covid 19 marquera-t-elle l’année 2020 comme l’entrée réelle dans le XXIe siècle comme la guerre de 14-18 a marqué l’entrée dans le XXe siècle. Ce pied de nez de l’histoire venant à point deux ans après les grands renforts de commémorations d’une des pires horreurs de l’humanité.
Mais que sera ce XXIe siècle : celui de l’obscurantisme et du repli sur soi ou celui de la fin du capitalisme sauvage et le début d’une véritable ère écologique. L’ère de l’échelle de la commune retrouvée, mais de communes connectées…

Face sombre:

– Vous restez devant la télé toute la journée pour regarder le matraquage digne d’une propagande de pays totalitaire.

– Vous regardez avec délectation les fake news apocalyptiques sur les réseaux sociaux.

– Vous pouvez enfin faire les scènes de ménage que vous n’aviez pas l’énergie de faire car vous rentriez trop fatigué du boulot.

– Vous ne faites rien et vous dormez toute la journée car tout ce que vous voudriez faire, on vous empêche de le faire, donc vous déprimez.

– Le Président a dit que vous pouviez lire, mais vous n’avez jamais lu un livre de votre vie. Même Voici et Gala vous tombent des mains.

Face claire:

– Vous pouvez enfin passer du temps avec vos enfants et vous constatez qu’ils préfèrent travailler librement que cloués sur un chaise toute la journée. Vous pouvez leur apprendre à lire.

– Vous pouvez enfin faire ce que vous n’aviez pas le temps de faire : bricoler, lire le gros pavé sur Capital et idéologie de Piketty. C’est le moment car cette crise majeure, comme toutes les guerres va bouleverser la société et le monde du travail.

– Vous vous apercevez que vous êtes bien plus efficace en télétravail qu’au bureau.

– Vous avez choisi de fuir dans votre maison de campagne, c’est le printemps et vous profitez de la nature.

Pour moi, ça ne change “presque” rien : je suis très souvent confinée seule chez moi et j’y suis bien, j’ai le temps de faire de la sculpture, d’écrire, bref, en principe cette mesure de confinement ne devrait rien changer. Mais elle change tout. Comme disait le docteur Coué “Quand la volonté et l’imagination sont en lutte, c’est toujours l’imagination qui l’emporte, sans aucune exception”.

Je ne supporte pas qu’on m’enferme, donc mon imagination me pousse à avoir envie de bouger. Tout ce que je fais habituellement avec plaisir car je sais que je peux sortir si je veux, me devient insupportable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: