Guizhou, le karst et les minorités

Wuyang, province de Guizhou

Wuyang, province de Guizhou

Notre maître de Tai-chi, chinois, nous a entraînés dans un voyage dans le Guizhou, au sud-ouest de la Chine.

En Chine, il y a ce qu’on voit, ce qu’on veut bien nous montrer, ce que dit le discours officiel et ce qu’on peut apprendre en croisant habilement les questions. Il y a surtout ce qu’on ressent: un passage à marche forcée d’une civilisation techniquement bloquée, aux traditions millénaires, à la culture en osmose avec la nature vers la civilisation du numérique et du BTP.

La province de Guizhou est particulièrement représentative de cette solution de continuité: changement de civilisation avec rupture, faisant fi de toutes les bases. Les ingrédients sont là pour que la démonstration soit frappante: paysages grandioses, région parmi les plus pauvres de Chine, population essentiellement composée de minorités ethniques installées depuis parfois des millénaires dans cette région :  Buyi, Shui, Miao, Dong.

On y rencontre un mélange d’architecture traditionnelle en bois et de fausse architecture traditionnelle en béton, la pagode dans tous ses états.

Vrais et faux villages de minorités

faux village Miao

faux village Miao

village Buyi

village Buyi

Le faux village Miao n’est qu’une suite de restaurants et de boutiques, Je n’ai même pas pris de photos, à part les sculptures censées représenter les métiers traditionnels des minorités Miao, tellement c’était d’un kitsch lisse.

Le vrai village de la minorité Buyi est quasi vide, il semble délaissé, à part une Porsche garée dans la cour d’une maison délabrée. Sur les murs des maisons vides des panneaux avec des inscriptions; “Je suis parti pour gagner de l’argent ailleurs”.

Des murs peints, comme dans tous les villages de minorités et le long des routes, servent pour l’éducation populaire.

mur peint dans un village Buyi

mur peint dans un village Buyi

Le contraste entre le faux village reconstitué et la pauvreté du véritable village est détonant.

village Buyi

village Buyi

Sur les murs, un recensement des habitants… Personne n’a pu m’expliquer le but de cet affichage.

BUYI21oct_08

Village Buyi

Village Buyi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai trouvé tout cela particulièrement triste, fabriqué, faux, comme les éclairages fluos dans la grotte que nous avons visitée ensuite, grotte révélée à la suite d’un tremblement de terre, si j’ai bien compris.

grotteI21oct_17

Dans la grotte, l'illusion d'un moine peint par un peintre du XVIIe

Dans la grotte, l’illusion d’un moine peint par un peintre du XVIIe

De retour à Guiyang, trop tard, le musée des minorités est fermé. On ne va pas non plus se promener dans le superbe jardin, indiqué sur tous les guides, où l’on rencontre les Chinois qui dansent ou jouent, ou vivent tout simplement car il pleut.

On passe devant le jardin aux pagodes, mais on ne rentre pas, soi-disant, il n’est pas intéressant…mais on peut photographier les pagodes!

le jardin aux pagodes à Guiyang

le jardin aux pagodes à Guiyang

pagode à Guiyang

pagode à Guiyang

Heureusement que j’ai eu de bonnes surprises par la suite car j’étais vraiment perplexe, à la suite de cette première journée…

Fenghuan dans le XianXi

Fenghuan, province du XianXi

Fenuang dans le Hangsi

maison ancienne à Fenghuan

maison ancienne à Fenghuan

Fenghuan

Fenghuan

La ville de Fenghuang, bâtie en 1704 est particulièrement bien préservée. Ses anciennes maisons, ponts et ports sont aussi beaux de jour que de nuit. De nombreux dialectes et coutumes de minorités ethniques cohabitent. Il reste encore des bâtiments anciens de style Ming et Quing. Comme toutes les villes et villages que nous avons vus dans le Guizhou, cette ville, située dans le XianXi, mais proche du Guizhou, est lovée entre les montagnes et le cours d’eau. Pratiquement la moitié de la population appartient aux minorités Miao ou Tujia. La répression de la révolte Miao, entre 1854 et 1873, chassa les Miao qui se réfugièrent en Asie du Sud-Est au cours les deux derniers siècles.

Costumes Miao

Costumes Miao

Fenghuan

Fenghuan

Après 1913, la cité qui s’appelait Zhen’gan change de nom pour devenir Fenghuang.

La vieille ville de Fenghuang a été ajoutée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008.

Fenghuan

Fenghuan

Fenghuan

Fenghuan

la traversée de la rivière

la traversée de la rivière

C’est vrai que de mon voyage dans le Guizhou et le XianXi, je conserve de cette ville un souvenir intense, tant pour avoir dansé comme une folle sur une piste de danse mouvante au son d’une musique endiablée, un hard rock façon chinoise, que pour avoir traversé la rivière sur des pierres après bières et Mao TaÏ. Désolée, je n’ai pas pris de selfie en traversant ces pierres de nuit, d’autant plus qu’il y a une double rangée de pierres les unes au ras de l’eau et les autres un peu plus hautes et que les touristes chinois empruntent la traversée la plus confortable et n’hésitent pas à bousculer au passage. Bref, je n’avais pas envie de perdre mon téléphone dans l’eau. Vous avez une vision très réaliste sur le dépliant…enfin non, la cohue en moins!

que pour avoir apprécié la différence d’ambiance le jour et la nuit.

La cité est très exposée aux inondations en cas de changement climatique drastique, elle a déjà été ravagée en 2014.

Fenghuan

Fenghuan

Le revers de la médaille, c’est que c’est une des villes victime du tourisme de masse chinois mise à la mode par la célébrité internationale de l’écrivain du pays Shen Congwen qui est né et a passé son enfance à Fenghuan où l’on peut visiter sa maison natale.

On peut trouver nombre de ses livres traduits en français (Le VIIe Plan De Développement Économique Et Social, La Franc-Maçonnerie Sous Les Lys, L’eau Et Les Nuages – comment Je crée Des Histoires, Le Périple De Xiang et autres Nouvelles.

FENGHUAN23oct_26

l'heure du dîner à Fenghuan

l’heure du dîner à Fenghuan