Secret de famille

Dans le jeu vidéo Le psy c’est vous, Lucienne A., la patiente vend des louis d’or qui lui ont été transmis par son grand père. La provenance de ces pièces est obscure mais le grand père avait lourdement insisté sur l’importance de ce rituel et sur l’obligation de Lucienne de les transmettre à son fils le jour de ses 10 ans…Le secret de famille va peser sur la petite fille.

 

  1. Devant cette scène, vous vous sentez ...






  2. La scène vous évoque quel souvenir ?






  3. Introduisez-vous incognito dans cette scène ... Que faites-vous ?






Pour ou contre les secrets de famille?

Si les parents ne parlent pas, lorsqu’ils disparaissent, leurs archives, leurs traces, leurs objets ne donnent que l’illusion de découvrir leur vie. Rien ne peut compléter les quelques pièces du puzzle que l’on retrouve dans leur maison. Les dates, les faits et les objets ne disent rien des joies ou des détresses qui les ont accompagnées.
Même en retrouvant des documents, écrits, carnets, petits riens amassés, on ne peut pas connaître les raisons des décisions de ses parents, sauf s’ils ont écrit, sauf s’ils nous ont parlé, et encore. Tout ce fatras ne pourra que perturber notre vie.
Quand cesserons-nous de nous croire obligés de porter le fardeau de leur histoire, de vouloir réinventer leur vie alors qu’on a la nôtre à inventer.
Si vous avez à vider la maison de vos parents après leur décès, que faites-vous?

– vous jetez tout sauf deux ou trois objets que vous avez convoités toutes votre vie…
– vous faites venir quelqu’un pour tout débarrasser, sans rien regarder
– vous organisez une vente aux enchères sur place, après avoir pris quelques objets et trié les papiers
– vous triez tout objet par objet, papier par papier pour essayer de les comprendre, de retracer leur vie, espérant par là comprendre mieux ce que vous êtes. Vous ne voulez pas jeter non plus quelque chose qui a pu être important pour eux, mais vous ne savez pas quoi ni pourquoi. Cela peut vous prendre des mois. vous pouvez y sombrer.
– vous triez à la louche, vite, vous ne voulez pas vous y enliser, vous jetez beaucoup puis vous gardez quelques éléments qui vous évoquent des souvenirs. Vous tournez la page mais vous vous ménagez deux ou trois brins de nostalgie.

Faites votre arbre généalogique

arbre généalogique

Chêne © Secrets de plantes

La psychanalyse accorde beaucoup de place à l’histoire familiale, au roman familial.

Jusqu’où remonte votre connaissance de vos aïeux? Partez à la découverte de vos ancêtres. Ce n’est pas toujours facile, les registres d’état civils sont récents, il faut souvent aller fouiller dans les archives des églises. Vous découvrirez peut-être des secrets enfouis.

Bon courage, certaines personnes y passent leur vie, au lieu de la vivre! Mais c’est un beau cadeau à offrir à votre descendance, ça évitera peut-être à vos enfant d’avoir besoin d’un psy, le travail sera mâché.

Communication non verbale, la bulle imaginaire

Jeux de regards

La Balançoire – Auguste Renoir (Musée d’Orsay)

Ne pas sous-estimer la communication non verbale

Une personne est dans une salle close, une seconde personne entre.

Si on filme avec une caméra cachée ce qui se passe dans la première minute d’interaction entre ces deux personne, on sait immédiatement si les deux personnes se connaissent ou non.

Si elles ne se connaissent pas et ne savent pas qui est l’autre, leurs regards s’éviteront pendant toute cette minute.

L’évitement du regard est la règle générale. Lorsque l’oeil ne peut s’échapper sans croiser un autre regard comme dans un ascenseur, espace exigu et clos, le regard de la plupart des passagers s’échappe vers le plafond.

Pour vérifier cette règle, dans les transports en commun ou au bureau, observez si quelqu’un pose les yeux sur vous. Regardez-le dans les yeux, chronométrez le temps qu’il met à baisser les yeux.

Continuez jusqu’à rencontrer quelqu’un qui vous fait baisser les yeux.

Comptez le nombre de personnes à qui vous avez fait baisser les yeux avant de rencontrer votre vainqueur.

Les jeux de regards dans La Balançoire de Renoir sont particulièrement évocateurs.

Chaque individu possède un espace personnel et des distances interindividuelles qui dépendent de son caractère, de son éducation et de sa culture. Ils correspondent à la bulle imaginaire qui entoure chacun et que chacun déplace avec lui. La pénétration de cet espace n’est autorisée qu’aux intimes.

E.Hall, de l’école de Palo Alto a parfaitement décrit les tailles des bulles concentriques qui entourent l’Américain moyen:

– La distance intime : jusqu’à 45 cm.

Le rapprochement corporel s’accompagne d’une mise en jeu obligatoire des différents canaux: contact, chaleur, odeurs, bruits respiratoires…

Le mode proche, 0 à 15cm correspond au corps à corps (amour ou lutte).

Dans le mode lointain, 15 à 45 cm, les corps ne sont plus en contacts, mais sont atteignables par les mains de l’autre: l’haleine est perceptible et on peut recevoir des postillons.

Pénétrer volontairement dans cette zone  suppose une intimité des deux personnes. Si par inadvertance ou par volonté de nuire, il n’en n’est pas ainsi, le locuteur “attaqué” se reculera pour tenir l’autre à l’extérieur de sa “bulle”. Dans les lieux publics surpeuplés comme les transports en commun, où par nécessité la distance intime n’est pas respectée, les individus adoptent un certains nombre de rituels : les yeux se détournent du visage du voisin, le corps s’immobilise, les muscles se contractent, les mains évitent de se trouver dans la zone proche: chacun adopte une attitude d’indifférence maximum et fait comme s’il ignorait cette situation gênante de proximité.

– La distance personnelle: de 40 cm à 1,20m

Dans cet espace, les individus peuvent entrer en contact par les membres supérieurs (poignée de main), les détails du visage sont nettement perçus mais la chaleur et les odeurs corporelles ne le sont plus (a l’exception des parfums où d’une odeur sui generis particulièrement désagréable). C’est en général la distance choisie pour la conversation courante. Les positions respectives des individus révèlent la nature de leur relations ou de leurs sentiments.

Le mode lointain de cette situation (75 à 125cm) est la limite de l’emprise physique sur autrui. A cette distance la communication verbale se déroule sans effort car les corps n’ont pas à être sur la défensive.

– Distance sociale: 1,20 à 3,60 m

Le contact corporel n’est plus possible, on est au-delà du pouvoir sur autrui.

Elle donne un caractère formel aux rapports professionnels et sociaux, elle est adoptée dans les bureaux des personnes “importantes”. (les maris américains en rentrant du travail on l’habitude de s’assoir à plus de 3 m de leur épouse pour lire le journal!)

– Distance publique: à partir de 3,60 m

Le sujet peut facilement fuir ou se défendre s’il se sent menacé. La relation est dépersonnalisée: c’est la distance des personnages officiels.

Ces distances subissent d’importantes variations culturelles: la distance que les méditerranéens considèrent comme distance sociale est considérée comme distance personnelle, voire intime par les nordiques.

On le constate particulièrement en cette époque de pandémie: la différence de la taille de la “bulle” selon les cultures a une influence sur la propagation du virus.

Les six formes principales de violation et d’invasion de la bulle d’autrui

– violation corporelle: être touché

– emprise corporelle: subir une attaque sexuelle, c’est le viol à proprement parler

– intrusion sensorielle: visuelle (le regard), olfactive, acoustique (la musique du voisin)

– intrusion temporelle: être obligé de rencontrer quelqu’un en dehors de la planification souhaitée (l’éternel casse-pieds)

– contamination par les déchets d’autrui (mégots, ordures, crottes de chien, etc.)

– l’invasion du territoire propre: appartement, chambre, bureau…

– la violation des réserves: indiscrétions à l’égard des objets et document intimes d’autrui (lecture des lettres, fouille du sac, des tiroirs, etc.)

Les modes de contacts

Deux modes de contact sont particulièrement importants et sont de ce fait étroitement contrôlés par les codes socio-culturels: le regard et le toucher.

– Le regard permet à distance la pénétration de l’espace d’autrui et signale son investissement (parfois au sens guerrier du terme). On ne peut impunément fixer une personne inconnue plus de 2 à 5 secondes sans s’exposer à une interaction.

Le jeux des regards dans le tableau La Balançoire de Renoir et un petit chef d’oeuvre de communication non verbale.

Dans les pensionnats de jeunes filles, jusque dans les années 1960, il était interdit, dans la rue, de regarder une personne du sexe masculin au-dessus de la cravate et au dessous de la ceinture.

On dit que le regard est le miroir de l’âme et regarder quelqu’un dans les yeux est une agression violente, une tentative de le percer à jour.
C’est la raison pour laquelle les parents qui soupçonnent leur enfant de leur mentir lui disent : “répète-le moi en me regardant dans les yeux” : il est bien plus difficile de mentir avec le regard de l’autre posé sur soi.

– Le toucher est également très sophistiqué et codifié. Les circonstances et les endroits du corps licites sont précisés par un code variable selon les cultures.

Vous soumettez-vous à l’autorité?

résistance à l 'autorité

Ne renversons pas l’Idole Autorité: mettons-lui simplement une robe neuve.- l’ Assiette au beurre 1904

Réflexions sur l’autorité

Qui intimide l’autre? Nos relations à l’autorité ne sont pas toujours claires, soit que nous ayons peur soit que nous ne soyons pas sûrs d’avoir raison.

Il est très instructif de se reporter à l’article sur l’autorité du Grand Larousse du XIXe dont je citerai un court extrait (l’article fait plus de 5 pages de format A3, écrites en tout petits caractères):

“Formé de auteur, parce que celui qui fait ou crée a le droit naturel, la libre disposition de son oeuvre. Droit ou pouvoir de commander, de se faire obéir.

De l’autorité considérée comme source de la connaissance et principe de la certitude.

En logique, on entend par autorité l’influence quelconque exercée sur le jugement individuel par le jugement d’autrui. Cette influence est variable, elle peut se borner à exciter le doute et à provoquer l’examen; elle peut être assez puissante, non seulement pour constituer un des éléments essentiels qui déterminent le jugement individuel, mais pour supprimer et remplacer tous les autres facteurs de ce jugement, en un mot pour éteindre tout activité personnelle de la pensée. Là et la source de l’adhésion plus ou moins passive qu’obtiennent les dogmes religieux, et non seulement les dogmes religieux, mais encore les systèmes philosophiques et souvent même les théories scientifiques.”

En cette période de confinement et de décisions bien peu claires et contestables de l’autorité à propos du COVID-19, c’est le moment de savoir si on doit s’y soumettre, et si oui, parce qu’on considère que l’autorité est principe de la certitude, ou juste parce qu’on a peur. C’est le moment de faire preuve de zététique!

Essayez cette charade autour de l’autorité

La naissance de Vénus - William Bouguereau (Musée d'Orsay)

La naissance de Vénus – William Bouguereau (Musée d’Orsay)

Pas de gamme sans mon premier

Pas de Vénus sans mon dernier

Pas de vierge sans mon entier

 

Essayez ce test

  1. Vous êtes employé(e) dans une entreprise. Votre chef de service vous demande quand il arrive au bureau, chaque matin depuis lundi, de lui préparer un café. Cela ne fait pas partie de vos tâches et empiète sur le temps que vous consacrez à votre travail normal. Nous sommes jeudi, il est 9 heures ; il vous demande de lui préparer un café.