Mémoire et mémoires

mémoire

© Le Psy c’est vous cas N°2

De l’importance de la mémoire en psychanalyse.

Anamnèse

Dans l’enquête qui permet de remonter dans le passé de la maladie grâce à la mémoire du malade, son inscription dans l’histoire pathologique de l’entourage, l’importance du diagnostic est très grande.

Il permet d’analyser ce “ rappel du souvenir” qu’est l’anamnèse par le patient.

La psychanalyse a permis de prolonger cette quête jusqu’à faire resurgir par la parole du patient des souvenirs inconscients et même jusqu’à des archétypes appartenant à l’inconscient collectif.

Après-coup

“…Je travaille sur l’hypothèse que notre mécanisme psychique s’est établi par stratification : les matériaux présents sous forme de traces mnésiques subissent de temps en temps, en fonction de nouvelles conditions, une réorganisation, une réinscription…” – Freud – La naissance de la psychanalyse, lettres à Wilhelm Fliess.

On réinterprète ainsi son passé créant ainsi de nouveaux symbolismes, expression des problèmes présents.

On remanie “après-coup” le sens de son passé pour expliciter un nouveau ”projet”, un véritable travail de mémoire, ensemble complexe d’opérations psychologiques et pas seulement décharge retardée de tensions accumulées dans le temps.

Cela peut entraîner une décharge de déplaisir, une “sensation interne, analogue au dégoût ressenti dans le cas d’un objet”. L’action différée des souvenirs sexuels constitue le “germe originaire du refoulement”.

Les changements de la puberté ont généré un effet “après-coup” qui modifie l’interprétation des sensations (olfactives, gustatives ou tactiles).

Trace mnésique

Les événements s’inscrivent dans la mémoire. Comment les traces mnésique s’inscrivent-elles dans différents systèmes ?

“Il ne nous est pas facile de croire que des traces durables de l’excitation soient laissées aussi dans le système Perception-Conscience. Si elles restaient toujours conscientes, elles limiteraient bientôt la capacité du système à recevoir de nouvelles excitations ; mais si, à l’inverse, elles devenaient inconscientes, elles nous mettraient dans l’obligation d’expliquer l’existence de processus inconscients dans un système dont le fonctionnement s’accompagne, d’autre part, du phénomène de la conscience.” Freud – Au-delà du principe de plaisir – 1 920.

Un événement s’inscrit dans différents systèmes mnésiques. La mémoire se stratifie dans différents systèmes, comme si elle laissait des traces dans des archives à l’organisation complexe suivant diverses classifications (chronologique, associative, qualitative -échelle d’accès à la conscience-). En fait, “ … des bifurcations successives.” Freud – Etudes sur l’hystérie -1895.

Extrait du dictionnaire du CD-Rom Le Psy c’est vous, cas N°2

MONopjOù sont les trous dans votre mémoire

Que faisiez-vous jeudi dernier? Si un meurtre venait à être découvert et que vous deviez fournir des alibis pour toute cette journée-là, y parviendriez-vous?

Si vous êtes routinier et que vous travaillez toujours au même endroit, vous pourrez sans doute par copier-coller, retrouver votre emploi du temps.

Vous pouvez aussi essayer de remonter le temps: que faisiez-vous hier soir, et le soir d’avant et ainsi de suite jusqu’à arriver à jeudi dernier.

Faites marcher votre mémoire par association : regardez le journal de jeudi dernier ou le magazine TV et la mémoire vous revient en fonction de ce que vous avez vu ou lu ce jour-là.

Vous pouvez aussi essayer l’incantation : répétez jeudi comme une litanie, des images vont peut-être surgir.

Procédez par approches successives : retrouvez des événements dont vous vous souvenez et cherchez s’ils ont eu lieu avant ou après jeudi.

Enfin, vous pouvez tricher : vous notez tout dans votre agenda, il vous suffit de le regarder!

Revisitez vos endroits maudits

Escalade © Montagne passion

Escalade © Montagne passion

Faites la liste de tous vos endroits maudits, ceux où vous ne voulez pas retourner, où pour rien au monde personne ne pourrait vous traîner.

Faites-vous violence et retournez-y pour ne pas vous mentir sur la cause de ce rejet: est-ce l’endroit que vous refusez ou bien un mauvais souvenir qui aurait pu aussi bien se situer ailleurs, est-ce l’endroit que vous fuyez ou bien ce que vous avez fait dans cet endroit.

Un jour j’emmenais escalader ma fille en forêt et elle a refusé de grimper, me disant qu’elle ne voulait plus faire d’escalade alors que la semaine précédente, tout s’était bien passé. J’ai fini par décrypter qu’elle voulait toujours escalader, mais pas dans ce lieu où elle avait été obligée de se retenir de pisser tellement longtemps qu’elle avait fini par mouiller sa culotte et cette humiliation lui avait fait prendre cet endroit en grippe.

Rien à voir avec l’escalade. Mais nous n’avouons et nous ne nous avouons pas toujours les véritables raisons de nos détestations.

La mémoire sensorielle est très puissante et source de Non dit et Non compris!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: