Perception, comportement

comportement

Le Tricheur à l’as de carreau de Georges de la Tour – Musée du Louvre

Comportement humain

“Il se comportait sans cesse, il ne faisait que “se comporter”. Peut-être n’était-il “ça” que pour ne pas être autre chose.”

Chacun de ses actes n’était qu’un paravent destiné à cacher l’immensité de son non-acte” (Gombrowicz)

Le comportement humain est à la fois très divers mais aussi “un”, lié à la génétique de l’espèce humaine.

La complexité et la richesse du comportement de chacun résulte de l’intégration par le cerveau d’une multitude de données.

Cette intégration régit notre comportement en société, notre communication interpersonnelle, et notre psychologie:

– les rituels, relations de l’individu à la société (une société sans rituels est vouée à la désagrégation);

– les relations interpersonnelles d’interaction dans lesquelles les protagonistes ajustent leur communication verbale et non verbale;

– les mécanismes de l’attention, du choix, de la stratégie, du jeu.

Les paramètres verbaux et non verbaux de l’interaction

Le langage ne détermine pas à lui seul ce qui se passe dans une situation d’interaction. Il existe également un co-texte non verbal (gestes, attitudes, mimiques, proxémiques) infirmant, confirmant ou se substituant même au langage.

Dans les interactions face à face, le comportement humain est très différent selon que nous avons à faire à un inconnu, à un fonctionnel inconnu, à un fonctionnel connu, à un connu anonyme, à un proche, et selon que nous sommes dans des situations de hiérarchie, de différence culturelle, d’à-priori d’un des deux interlocuteurs, d’handicap, d’angoisse, d’absence de repères, de séduction, etc.

Totexte (cinétique) constituant le langage : texte (verbal) et cotexte (verbal, vocal, gestuel)

Contexte (statique)

– le cadre : site, proxémique, temporalité, finalité, programmes, public;

– les partenaires (A et B): personnes avec des indices personnels (temporaires ou permanents) et des indices sociaux;

relations (structurale, catégorielle, personnelle)

objectifs (de A et de B).

Répertoire des gestes

L’importance des communications non formulées et non verbalisées dans une société est telle que celui qui les ignore ou ne les perçoit pas peut être déconcerté par la signification de certains comportements, même s’il est familier avec leurs formes extérieures et avec les symboles verbaux qui les accompagnent.

– gestes régulateurs des interactions

les gestes quasi-linguistiques ou emblématiques

– les gestes expressifs (sourire, pleurs, prostration, haussement de sourcil, etc.)

les gestes co-verbaux (mouvements articulatoires et gestes illustratifs du discours)

– les gestes méta-communicatifs et extra-communicatifs (changement de posture, auto-manipulations, manipulation d’objets)

– la mimique, la pantomime, la danse

– les gestes codés (langage des sourds-muets, signaux marins, etc.)

– les gestes techniques intégrés dans des chaines opératoires.

Signaux contradictoires ou la triche

Dans la vie courante, une personne peut se trahir par une contradiction entre sa communication verbale et non verbale, un geste peut la trahir. Comment l’interlocuteur peut-il décoder le message de quelqu’un qui dit quelque chose de différent avec sa parole et avec son corps, dont le comportement verbal contredit le comportement non verbal ou l’inverse.

Imaginez un exemple de télé vérité avec trois animateurs qui vous proposent chacun leur choix pour faire un placement ou jouer au tiercé, ou acheter un ordinateur d’occasion ou aller voir le meilleur film du  mois, etc.

– l’un cherche à vous tromper,

– l’autre déteste celui qui trompe, se fiche pas mal de vous et n’a qu’un objectif: empêcher celui qui trompe de gagner

– le troisième veut votre bien mais est incompétent.

Comment allez-vous décoder ces séquences? Vous vous trouvez sans cesse devant ce genre de situation.

Faire en plusieurs fois ce qu’on peut faire en une

dans l'écluse du barrage de la Rance

dans l’écluse du barrage de la Rance

Pendant une semaine, notez toutes les fois où vous faites en plusieurs fois ce que vous auriez pu faire en une seule.

Si ce nombre est trop élevé, vous frisez la névrose, vous êtes déprimé(e) ou vous avez des pertes de mémoire.

Exemples: vous allez sortir et vous revenez trois fois sur vos pas parce que vous avez oublié votre portable, votre écharpe, la lettre que vous deviez poster.

Vous mettez le couvert et vous vous relevez car vous avez oublié le sel, les couverts de service, etc.

Restez à la manoeuvre de votre vie, essayez d’améliorer la situation en pensant à réfléchir avant toute action, vous huilerez vos neurones et vous préserverez votre santé mentale.

Aimez-vous vous mettre en danger?

danger

© Montagnes, passion, évasion, émotion

Des raisons très diverses peuvent vous pousser à aimer vous mettre en danger, besoin de décharge d’adrénaline (certains usent de la drogue et d’autres des sports à risque), inconscience, besoin parler ou de faire parler de soi, pulsion de mort ou recherche du plaisir.
Il y a aussi des raisons qui vous poussent à fuir le danger.
Analysez-les de plus près. Pour vous aider, relisez Freud : Au-delà du principe de plaisir.
Effroi, peur, angoisse sont des termes qu’on a tort d’utiliser comme synonymes ; leur rapport au danger permet de bien les différencier.

Le terme d’angoisse désigne un état caractérisé par l’attente du danger et la préparation à celui-ci, même s’il est inconnu.

L’angoisse, réaction originaire à la détresse dans le traumatisme, est reproduite ensuite dans la situation de danger comme signal d’alarme. Il y a dans l’angoisse quelque chose qui protège contre l’effroi.

Le terme de peur suppose un objet défini dont on a peur.

Quant au terme d’effroi, il désigne l’état qui survient quand on tombe dans une situation dangereuse sans y être préparé; il met l’accent sur le facteur surprise.” – Freud – Au delà du principe de plaisir– 1 920.
“…

Apprendre à s’aimer peut aider à aimer les autres.

perception comportementTraitez-vous comme si vous étiez votre propre amoureux (se), comme vous aimeriez que votre grand amour vous traite. Offrez-vous des fleurs, préparez-vous un dîner au chandelles, payez-vous un théâtre, bref, offrez-vosu toutes les attentions que vous aimez.

Ça donnera peut-être des idées à la personne avec laquelle vous vivez et si vous êtes seul(e), ça vous réchauffera le coeur et modifiera la perception que vous avez de vous-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: