Cercle chromatique, couleurs primaires, couleurs complémentaires

cercle chromatique

cercle chromatique

Le cercle chromatique est la figuration des couleurs du spectre solaire, selon la décomposition de la lumière blanche à travers un prisme (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo, violet) et disposées sur un cercle. La disposition circulaire imaginée par Chevreul permet de comprendre la notion de couleurs primaires (bleu, jaune rouge) et de couleurs complémentaires (vert, violet, orange), le mélange de celles-ci donnant du gris.
Le peintre Georges Seurat et les autres pointillistes qui utilisèrent les théories de Chevreul sur le contraste simultané des couleurs, se référaient au cercle chromatique pour établir la juxtaposition des points colorés.Les trois couleurs primaires sont le jaune, le bleu et le rouge.

Il y a trois couleurs fondamentales ou primaires, le jaune, le bleu cyan et le rose magenta et trois couleurs binaires ou complémentaires, l’orangé, le vert et le violet. Deux couleurs primaires mélangées donnent une couleur complémentaire et les trois couleurs primaires incorporées ensemble dans des proportions différentes recréent toutes les couleurs que l’œil perçoit dans la nature.

Dans Le Talisman, Paul Sérusier fait jouer les couleurs entre elles en opposant des couleurs primaires à leur complémentaire. Ainsi, la masse jaune des arbres qui se reflète dans la rivière joue avec le violet de l’ombre à droite du tableau, ou encore, le rouge du bord de la rivière qui exalte les verts du haut de la toile.

Les couleurs complémentaires sont les couleurs qui s’opposent dans le cercle chromatique; par exemple l’orange est la couleur complémentaire du bleu.

On discerne en peinture deux groupes de couleurs: trois primaires, le jaune, le rouge et le bleu (en termes scientifiques: jaune, magenta, cyan) et trois couleurs mélangées, dites complémentaires: orange (rouge + jaune), vert (bleu + jaune) et violet (rouge + bleu). Le mélange de couleurs opposées sur le cercle chromatique donne du gris.

Dans Femmes au puits, Paul Signac utilise la technique dite pointilliste: il juxtapose de minuscules touches de couleurs complémentaires placées côte à côte et donne l’impression d’une vibration colorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: