L’Après-dinée à Ornans de Gustave Courbet

L'Après-dinée à Ornans de Gustave Courbet

L’Après-dinée à Ornans de Gustave Courbet

Le souffle de la réalité vaincue

Au Salon de 1849, l’Etat achète L’Après-dînée à Ornans. Dans ce tableau peint à son retour de Hollande, Courbet trouve les moyens d’arriver à son propre idéal de réalisme. Il y passe ce souffle de la réalité vaincue qui enflammera les querelles qui vont éclater l’année suivante au Salon de 1850 au sujet de L’Enterrement à Ornans.
Courbet prône un art “vrai”, destiné aux masses, combat le romantisme et l’académisme et va même jusqu’à publier dans son catalogue de 1855 un “manifeste du réalisme”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: