Coton ou gossypium

coton

Coton © Secrets de plantes

Le coton, botanique

Les cotons sont des plantes herbacées ou des arbrisseaux de 50 cm à 3 m de hauteur, de la famille des Malvaceae. Il en existe plusieurs espèces réunies sous le nom de Gossypium.

Les quatre espèces principales sont: G. arboreum et G. herbaceum (d’origine asiatique) ; G. hirsutum et G. barbadense (d’origine américaine). Leurs feuilles sont grandes et palmées et ils s’ornent de fleurs blanchâtres, roses ou jaunes. Ils produisent ensuite des capsules qui contiennent cinq loges refermant chacune entre 3 et 7 graines recouvertes de longs poils (5000 à 10000) : les fibres de coton ou ” soies “.

Ils sont cultivés depuis la plus haute antiquité : on a retrouvé en Chine des pièces de vêtements de coton grossier datées de plus de 3 000 ans avant J.C.

Le coton, usages

coton

champ de coton

Les racines en décoction ont été largement utilisées comme abortif par les populations slaves car elles déclenchent les contractions utérines.

Les longs poils entourant la graine de coton font encore aujourd’hui partie des fibres les plus utilisées dans l’industrie textile mondiale, ce malgré la concurrence des matières synthétiques.
Ces fibres sont tissées pour confectionner vêtements, couvertures, etc…
En pharmacie, elles sont utilisées pour la fabrication de pansements, de coton hydrophile, d’ouate chirurgicale et de coton iodé.

Son écorce et sa racine renferment une résine, du gossypol, de la vitamine E et un principe vasoconstricteur.

Ses graines fournissent une huile qui est comestible si on en élimine le gossypol, poison nerveux et cellulaire. Elle est très utilisée aux Etats-Unis où on la consomme telle quelle ou en margarine.

La plante est réputée galactogène : des préparations à base de graines augmenteraient la quantité de lait produite par les mères.

Elle entre également dans la fabrication de savons.

Curieusement, le coton entre dans la composition d’explosifs, tel le fulmicoton. Il y a peu, les coques des fruits étaient encore employées comme combustible et servaient à la fabrication de charbon.

Folklore

Le mot ” coton ” vient de l’italien cottone, issu de l’arabe koton.. Son nom botanique, Gossypium, est celui par lequel le nommaient les Anciens qui l’appelaient également Carbasus.
On pense que le coton a été introduit en Grèce Antique par les Phéniciens. Cependant, il n’a été réellement connu des Grecs qu’après les conquêtes d’Alexandre le Grand. De même, il ne s’est popularisé chez les Romains qu’après leurs victoires sur les rois d’Asie.
Pline l’Ancien le croyait originaire d’Espagne et précise qu’on en trouvait aussi en Haute-Egypte où il portait déjà le nom de Gossypium..

Historiquement, le coton est surtout attaché à l’Amérique du Nord. On trouve donc dans le folklore local de nombreuses croyances le concernant : ainsi, on en enveloppait les articulations pour soulager les douleurs rhumatismales ; on en faisait des préparations contre les maux de dents ; on en mettait dans le sucrier pour protéger le foyer… Trouver un brin de coton sur ses habits était censé annoncer l’arrivée prochaine d’une lettre ; si on pouvait lire une initiale dans la forme du brin, c’était celle de l’expéditeur.

En Chine, on nouait une cordelette de coton au cou des morts afin que leur âme emportât le malheur loin de la famille.

Les Anglais, quant à eux, s’interdisaient d’en brûler de peur de déclencher la pluie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: