La mandragore porte bonheur

Mandragore © Secrets de plantes

Mandragore © Secrets de plantes

La mandragore, Atropa mandragora, de la famille des Solanaceae, est la plante de toutes les légendes. Elle possède une large racine brune dite “à forme humaine”. Ses grandes feuilles d’un vert très foncé reposent sur le sol. Toute la plante dégage une odeur fétide. On peut la trouver sur les hauts plateaux d’Europe tout autour de la Méditerranée : en Espagne, en Grèce, jusqu’au centre de l’Europe, elle reste toutefois assez rare.

Botanique

mandragLa mandragore, qui dégage une odeur fétide quand on l’écrase, se caractérise par une grosse racine brune d’où naissent de larges feuilles d’un vert très foncé qui reposent sur le sol et lui donnent un vague aspect de salade. Quant aux fleurs, blanchâtres et irisées de quelques reflets pourpres, elles partent du centre de la plante et ressemblent un peu à celles de la primevère. Le fruit, de couleur jaune profond, a la taille et l’odeur d’une petite pomme.

Usages

Cette plante est utilisée depuis très longtemps.
Dans la Chine ancienne, on en faisait des cataplasmes contre les tumeurs.
Les Anciens l’employaient pour ses propriétés soporifiques : Hippocrate l’a mentionnée dans ses travaux; Pline la préconisait déjà comme anesthésiant et, suivant l’exemple de Dioscoride (Ier s.), conseillait aux médecins de l’époque d’administrer un morceau de racine à leurs patients avant toute opération chirurgicale.
La mandragore était utilisée pour calmer les douleurs et rendre le sommeil aux personnes tourmentées par la souffrance physique et mentale.
A large dose elle était aussi utilisée par les sorciers du moyen âge pour provoquer délires et hallucinations, ce qui leur permettait d’atteindre des états de transe divinatoire.
Les racines contiennent des alcaloïdes, dont la mandragorine qui est très proche de l’atropine et de l’hyoscyamine contenues dans la belladone. Les racines fraîches sont émétiques et purgatives. Séchées, elles gardent leurs propriétés vomitives.
Une teinture de racine de mandragore est encore utilisée de nos jours en homéopathie pour calmer les douleurs.
La plante, dangereuse, n’est plus employée en médecine.

Folklore

Mandragore © Secrets de plantes

Mandragore © Secrets de plantes

C’est la plus célèbre des plantes sacrées.
Elle apparaît très tôt dans bon nombre de civilisations : ainsi, chez Égyptiens elle était dite aphrodisiaque et ses baies étaient symbole d’amour. Elle a largement été signalée par les Anciens Gréco-romains : Théophraste (IIIe s. av. J.C.) affirmait que lorsqu’on l’arrachait elle poussait un cri mortel ; c’est pour cette raison que pendant longtemps on a utilisé des chiens pour la déraciner. Pline, dans son Histoire Naturelle , explique comment on peut la cueillir sans risques. Elle intervenait souvent dans les rites magiques de l’époque ; les Romains taillaient dans ses racines des statuettes d’envoûtement appelées “ alrunes ”.
En hébreu, la mandragore a la même étymologie que le mot “amour” : elle était d’ailleurs considérée comme un aphrodisiaque. Ainsi, la mandragore est citée dans l’Ancien testament (la Genèse, XXX – 14-18) comme ayant aidé à la conception d’Issachar, fils de Jacob.
Les druides l’utilisaient pour entrer en léthargie.
C’est au moyen âge qu’elle atteint l’apogée de sa renommée pour ses effets hallucinogènes et sa racine “à forme humaine”. On l’appele “petit homme planté” et certaines théories affirment que l’homme est apparu sur terre sous forme de mandragores géantes détachées du sol. On soutenait aussi que la plante naissait du “sperme des hommes pendus en gibet ou écrasés sur les roues” (Catelan) ; les frères Grimm l’ont d’ailleurs nommée  petit homme de potence”.
On considérait à l’époque qu’il existait des racines de mandragores mâles et femelles et on racontait qu’il était possible, lors de rites magiques, d’en faire des homoncules, sorte de petits génies qui, si on en prenait bien soin, apportaient bonheur, chance et santé.
Véritable remède universel dans les croyances populaires, la mandragore avait également une solide réputation d’aphrodisiaque. Elle était surnommée “pomme d’amour” et La Fontaine disait d’elle qu’elle avait sur la femme plus d’effet qu’un “couvent de jeunes frères pleins”!
Dans l’acte d’accusation formulé contre elle, Jeanne d’Arc a été soupçonnée “de porter parfois une mandragore dans son sein, espérant par ce moyen avoir bonne fortune, richesse et choses temporelles”. Bien qu’elle s’en soit défendue, une tradition veut que ces plantes poussent au pied de l’arbre aux Fées sous lequel elle aurait entendu des voix.

4 comments for “La mandragore porte bonheur

  1. 13 janvier 2011 at 17:32

    Bonjour !
    Si vous avez raison de dire « dite à forme humaine », puisque ce n’est pas le cas dans la nature, il faut cependant préciser que les (prétendus) sorciers lui donnaient une forme humaine pour mieux la vendre :

    http://paul-keirn.over-blog.com/article-la-mandragore-explications-de-curieuses-figurines-38949771.html

    Bonne lecture
    Paul

  2. etienne
    27 septembre 2011 at 16:53

    merci pour ce bel article très intéressant!

  3. eddy
    28 août 2013 at 22:09

    de quel manuscrit d’époque est repris la gravure de la mandragore, feminine et masculine et dans quel musée peut on la trouver

  4. 29 août 2013 at 1:38

    La mandragore mâle et la mandragore femelle proviennent de gravures sur bois de l’Hortus Sanitatis de Mayence 1485 reprises dans un magazine sur les plantes médicinales de 1938. Les articles que je mets en ligne sont tirés du CD-Rom que j’ai réalisé sur les plantes sauvages et médicinales (disponible aujourd’hui sur tablettes et smartphones). La base de données des légendes des photos est à part du reste et je n’ai pas toujours le temps d’aller l’extirper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: