L’origan, tonique et stimulant

Origan

Origan © Secrets de plantes

Botanique

L’origan ou marjolaine sauvage, ou marjolaine bâtarde, Origanum vulgare, de la famille des Lamiaceae,  est une plante herbacée, originaire de la région  méditerranéenne, qui dégage une forte odeur aromatique. Très commun, il croit en abondance dans les lieux arides, sur les talus, les coteaux ensoleillés, les pâturages secs, les talus, les bois clairs. Il préfère le calcaire mais on le retrouve dans toute la France jusqu’à 1000 m. Il est présent en Europe et en Asie extra-tropicale.
Il existe de nombreuses variétés d’origan dans le pourtour méditerranéen.

Plante vivace, de saveur un peu amère, sa tige haute de 20 à 60 cm est souvent rougeâtre; elle est couverte de poils mous. Ses feuilles sont opposées, vertes sur les deux faces.

Elle fleurit de juillet à octobre en glomérules terminaux très compacts. Son calice est vert teinté de brun, campanulé, sa corolle est bilabiée, les pétales sont soudés, roses pourprés, odorants et remarquables par leurs nombreuses bractées ovales et imbriquées, d’un rouge violet.

4 akènes ovoïdes et lisses forment le fruit.

Apprenez à le reconnaître avec la Flore.

Usages

On en utilise les sommités fleuries.
L’origan est déjà vanté par les Anciens pour ses diverses propriétés toniques : on l’employait comme stimulant contre la fatigue nerveuse, l’asthénie des jeunes filles alanguies par leur formation. Antispasmodique, il était utilisé contre les douleurs menstruelles.
Stomachique, il soigne les troubles digestifs, l’atonie digestive, la dilatation de l’estomac, l’inappétence. L’origan est aussi carminatif.
Sudorifique et diurétique, il est employé lors des grippes car béchique et expectorant, il calme la toux  sans tarir les sécrétions. On l’utilisait pour soigner l’emphysème des anciens tuberculeux.
Il peut être utilisé en infusion mais aussi en inhalation.
L’origan fait partie des espèces vulnéraires : à ce titre il entre dans la composition du “thé suisse”, de plusieurs autres préparations vulnéraires, telle que l’eau d’Arquebuse.

On revendique les extraits d’origan pour leurs propriétés anti-oxydantes et anti-radicalaires permettant de lutter contre le vieillissement cutané. On leur attribue enfin des vertus antiseptiques.
L’huile essentielle d’origan présente quant à elle des activités analogues mais elle est aussi réputée déodorante et purifiante.

En lotion, l’origan facilite la repousse des cheveux.
La plante est traditionnellement utilisée en usage local comme traitement d’appoint adoucissant et pour calmer les démangeaisons, en cas de crevasses, écorchures, gerçures et contre les piqûres d’insectes.
Pour ses vertus aromatiques, l’origan est employé dans des bains toniques, relaxants, décongestionnants et emménagogues.

L’huile essentielle d’origan est donc recommandée dans les produit d’hygiène bucco-dentaire, les produits de massages pour le corps, les shampoings pour cheveux gras à tendance pelliculaire, les crèmes anti-rides, les crèmes purifiantes, les produits pour les pieds, les bains moussants et gel douche, les déodorants.

L’origan est un composant apprécié dans les parfums pour hommes.

En cuisine l’origan est le condiment traditionnel de la pizza, il a les emplois de la marjolaine avec une saveur moins fine mais plus poivrée.
On en faisait un thé léger appelé “thé rouge” et on s’en servait pour aromatiser la bière, la rendre plus forte et favoriser sa conservation
L’origan est mellifère et apprécié des bestiaux.
En usage externe, la plante est active au niveau des démangeaisons et sa teinture est utilisée contre l’induration des glandes et la gale des animaux.
Il peut être fumé en guise de tabac.
Les sommités de la plante peuvent teindre la laine en rouge brun.
C’est une jolie plante utilisée dans les jardins.

Composition chimique

origan

origan

Les sommités fleuries renferment :- des protides

– des acides organiques : acide ascorbique (vitamine C)

– des composés phénoliques représentés par des acides phénoliques (acide caféique, acide chlorogénique, acide rosmarinique), des flavonoïdes (flavones – dérivés de la lutéoline, de l’apigénine, de la diosmétine-, flavonols- dérivés du kaempférol, 8 % de tanins

– des triterpènes : saponines (acide oléanolique, acide ursolique)

– de la vitamine A (rétinol)

– 0,1 à 0,4 % d’huile essentielle constituée de 90 % de phénol (74 % de d-carvacrol, environ 25 % de thymol, du cymol), des monoterpènes (acétate de linalyle, acétate de bornyle, 2,6 % d’acétate de géranyle, bornéol, p-cymène, linalol, limonène, alpha et beta-pinène, alpha-thuyone, sélinène, alpha-terpinène, origanène, dipentène), des sesquiterpènes (beta-bisabolène, caryophyllène)

Folklore

Origanum est le nom grec de la plante. Il vient de “origanos”, issu de “oros”, montagne et de “ganos”, éclat, éclat des montagnes et de “vulgare”, commun.
En langage de fleurs, en disant : “vous seule pouvez guérir mon coeur”, l’origan en appelle à l’amour et à la protection.
Plante protectrice dans tout le monde anglo-saxon, elle est employée dans les charmes amoureux, on doit la mêler au repas de la personne dont on veut être aimé.

Un médecin-chirurgien allemand Fabricius von Hilden guérit d’un rhume de cerveau le célèbre militaire Wallenstein avec de l’origan. Ce dernier, ravi par sa guérison inespérée, lui donna deux cents écus et le fit raccompagner dans son propre carrosse tiré par quatre chevaux blancs.
Près d’Oran, le “Tombeau de la chrétienne” abriterait les corps de la famille royale de Numidie et recèlerait un extraordinaire trésor. Mais il ne sera accessible qu’à celui qui aura chassé tous les voleurs d’origan, plante qui pousse en grande quantité dans ses alentours.

Recettes

Torticolis et rhumatismes

Contre le torticolis – ou les rhumatismes -, vous pouvez chauffer à la poêle des sommités fraîches et hachées pour les appliquer bien chaudes en compresse sur le cou.

Rage de dents

En jus frais, introduit directement dans la carie, ou en décoction vineuse, il calmait les rages de dent.

Choisir la bonne dose

Un peu fait dormir mais beaucoup vous tient éveillé toute la nuit s’il le faut en très bon état physique et mental.
Un peu c’est la valeur d’une pincée pour une tasse à thé d’eau bouillante.
Beaucoup c’est 2 à 3 pincée par tasse. Ce peut être aussi une salade de tomate dégustée au dîner et abondamment parsemée d’origan.

5 comments for “L’origan, tonique et stimulant

  1. Sary
    2 novembre 2011 at 10:00

    Bonjour,

    Dans la campagne libanaise pousse un petit arbrisseau sauvage, sans doute de la famille des labiées, à petites fleurs blanches, à petites feuilles velues, d’un vert terne, vaguement bleuté, délicieusement aromatique, que j’ai du mal à identifier. Ici, vers la fin de l’été, on en cueille les tiges pour un usage culinaire… Cependant je souhaiterais connaître les vertus médicinales de cet arbrisseau en particulier, et pour cela, pouvoir déjà l’identifier avec précision.

    Y aurait-il un site (ou même une référence bibliographique) qui permette de distinguer le thym, l’origan, le serpolet, la marjolaine et la sarriette, de manière claire et définitive?

    Merci

  2. 2 novembre 2011 at 10:44

    Bonjour,
    Soit vous achetez une flore genre Bonnier, mais se servir correctement d’une flore papier est assez compliqué. Dans mon CD-Rom Secrets de plantes, se trouve une flore interactive qui vous permettra d’identifier ces plantes (elles sont toutes médicinales et sont dans le CD). J’en ai encore quelques exemplaires (mais comme c’est un CD-Rom qui a plusieurs années, il ne fonctionne plus sur Mac, que sur PC). Je peux vous en envoyer un exemplaire pour 10€ + frais de port. Mais surtout vous pouvez l’acheter en version IPad sur l’Apple store: l’appli s’appelle “des fleurs et des plantes”, c’est une version plus réduite mais la flore interactive y est. Vous pouvez la télécharger pour environ 3 € je crois.

  3. Stad
    2 novembre 2011 at 18:32

    J’utilise Mac et iPhone; et je viens de trouver une version pour iPhone. Je la télécharge illico. Merci.

  4. Stad
    3 novembre 2011 at 22:51

    A toute fin utile, connaissez-vous la trilogie “Sauvages et Comestibles”, “Sauvages et Toxiques” et “Sauvages et Medicinales” de Marie-Claude Paume chez Edisud? Si oui, qu’en pensez-vous?

  5. 4 novembre 2011 at 0:54

    je ne connais que par oui-dire: apparemment c’est une photographe et les images sont belles mais sans doute le contenu bien pour l’initiation mais pas pour approfondir. Mais encore une fois, je ne les ai pas lu et ne rapporte que ce qu’on m’en a dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: