L’onagre

Onagre © Secrets de plantes

Onagre © Secrets de plantes

L’onagre, ou herbe aux ânes, ou encore jambon des jardiniers, Oenoothera biennis de la famille des Onagraceae, est une plante robuste, bisanuelle, de 0,5 à 1,5 m. Elle est dressée, velue, très feuillée. On la trouve dans les jardins, terrains vagues, friches, décombres et sur les talus et dunes de sable. Originaire d’Amérique du Nord, l’onagre fut introduite en Europe au XVIIe siècle. Elle est devenue sauvage en France où elle est commune dans les lieux incultes.

Chaque fleur s’épanouit une journée seulement, pour se faner le soir venu.

Sa racine est épaisse, rougeâtre et charnue. Les feuilles sont grandes, alternes, dentées et allongées. Les fleurs jaune pâle, souvent odorantes comportent 4 grands pétales distincts et un calice à tube allongé.

Usages

onagre

onagre

Fleurs, feuilles et graines sont utilisées ainsi que la racine.
La racine, riche en mucilages, tanins et sucres, est un sédatif doux mais très efficace.
L’huile d’onagre, essentiellement produite en Chine, a de nombreux usages médicinaux : elle soigne troubles cardiovasculaires, infarctus du myocarde, hypertension.
Les fleurs et feuilles sont utilisées en infusion pour calmer la toux, les spasmes de la bronchite et de la coqueluche. L’onagre est administrée également pour son pouvoir anticoagulant, antiphlogistique et dans les cas de syndrome prémenstruel, d’eczéma, de maladies inflammatoires ainsi que de troubles du système immunitaire.
Elle agit sur le vieillissement cutané.
La racine, consommée à la façon des salsifis, passe pour très nutritive.

Composition chimique et utilisations actuelles

Les semences renferment :
– des glucides : osides (cellulose)
– des protides dont 15 % de protéines
– 25 % de lipides : triglycérides constitués d’acides gras tels que :
. 65 à 80 % d’acide linoléique
. 8 à 14 % d’acide gammalinolénique
. 6 à 11 % d’acide oléique
. 6 % d’acide palmitique
. 2 % d’acide stéarique
– des matières minérales dont le calcium
– des composés phénoliques, particulièrement des flavonoïdes

L’huile d’onagre est anti-coagulante, vasodilatatrice et emménagogue.
Elle présente également des propriétés anti-inflammatoires, antispasmodiques et antitussives.
Utilisations cosmétiques
L’huile d’onagre a des propriétés hydratantes et nourrissantes car elle renforce la barrière lipidique cutanée et améliore l’hydratation de l’épiderme. C’est aussi un facteur anti-âge.
L’huile d’onagre a par ailleurs un effet séborégulateur.
En formulation, elle participe à l’élaboration de la phase grasse. On peut également l’employer comme fortifiant de l’ongle.
Ses fonctions en font un ingrédient actif recommandé dans :
– des crèmes hydratantes pour peaux sèches
– des crèmes restructurantes pour le contour des yeux et les peaux matures
– des crèmes anti-rides
– des crèmes pour les mains
– des baumes à lèvres
– des produits pour les ongles.

Folklore

Oenothera vient du grec “Oïnos”, vin et “ther”, bête sauvage, et désignait chez les Anciens une plante dont les racines §infusées§ dans le vin auraient servi à apprivoiser les animaux sauvages.
C’est le botaniste français Pitton de Tournefort qui donna le nom d’onagre à la plante en raison de la ressemblance de ses feuilles avec des oreilles d’âne.
Autre usage chez les Amérindiens : ils frottaient leurs mocassin d’onagre avant de partir à la chasse pour masquer leur odeur et approcher ainsi plus facilement les animaux.
Un des pouvoirs magiques de l’onagre est d’ailleurs de donner de la chance à la chasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: