L’anémone pulsatile

anémone pulsatile © Secrets de plantes

anémone pulsatile © Secrets de plantes

L’anémone pulsatile ou herbe au vent, Anemone pulsatilla L., de la famille des Ranunculaceae, croît dans les pâturages et coteaux de presque toute l’Europe calcaire -sauf la Méditerrannée- qu’elle ponctue, au printemps, du violet sombre de ses fleurs.

C’est une plante herbacée et velue, de 10 à 40 cm de haut, à feuilles divisées en segments étroits. Sa fleur de 5 à 8 cm de diamètre est d’abord dressée, puis se penche vers ses feuilles étroitement divisées.A quelque distance de la fleur se trouve un involucre de bractées linéaires.
Six pétales pointus et velus, comme toute la plante, sont un sombre écrin à ses nombreuses étamines jaune d’or. Les fruits, regroupés en une tête chevelue, sont des akènes velus et oblongs, terminés par une longue arête plumeuse et persistante.

Usage

La pulsatile semble avoir été connue des Celtes; Matthiole est le premier à la citer en tant que médicinale active contre la peste et les venins.
C’est une plante vénéneuse fraîche mais précieuse en thérapie; on emploie ses propriétés antimitotique, antibactérienne et vésicante en infusion de fleurs séchées ou mieux à partir du suc de la plante fraîche par une personne qualifiée uniquement.
Les herboristes les conseillent contre les spasmes des toux, de l’appareil digestif, de  l’utérus, certaines migraines, surmenage et névralgies.
En usage externe, on l’utilisait pour soigner les dartres et supprimer les taches de rousseur.

Composition chimique et usages actuels

anémone

anémone

La partie aérienne fleurie renferme :
– une faible quantité de lipides
– des composés phénoliques principalement des tanins
– des terpénoïdes représentés par :
. des triterpènes : saponines
. des stéroïdes
– de la ranunculine (lactone), substance fortement irritante qui se transforme par action enzymatique en proto-anémonine ; la proto-anémonine se modifie en anémonine qui, lors de la dessiccation, se transforme en acide anémonique
L’anémone, par la présence de la proto-anémonine, est antibactérienne.
On lui attribue des propriétés sédatives et anti-hypertensives.
L’anémone présente également des activités diurétiques, emménagogues, expectorantes, sudorifiques et vasoconstrictrices.

Utilisations pharmaceutiques

L’anémone est utilisée dans les dyspepsies aiguës ou chroniques, les phlébites, les céphalées, les névrites, les sciatiques, les paralysies faciales et le coryza.
L’anémone est un sédatif des toux spasmodiques, des spasmes digestifs, des douleurs utérines, de certaines migraines et des névralgies.

Utilisations cosmétiques

Pour leurs propriétés anti-couperose et rubéfiantes, les extraits d’anémone trouvent leur utilisation dans :
– des produits pour le corps
– des produits pour le visage (peaux couperosées, peaux normales et mixtes)
On signale leur activité, en usage externe, sous forme distillée, sur les dartres et les taches de rousseur.

Folklore

anémone pulsatile © Secrets de plantes

anémone pulsatile © Secrets de plantes

Penchée sur sa tige comme une petite cloche qui se balance au vent, l’anémone pulsatile doit son nom au latin “pulsare”  :  “agiter”, “mettre en branle” et au grec “anemos” :  vent
Les Anglais l’ont aussi prescrite aux âmes sensibles.

Chloris, déesse des fleurs, découvre la trahison de son époux Zéphyr, tombé amoureux fou de la nymphe Anémone. Elle chasse l’intruse. Zéphyr appelle à son aide Aphrodite, déesse de l’amour, qui change la nymphe en notre fleur d’anémone. Et Chloris est condamnée à soigner pour toujours sa belle rivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: