Souci officinal

souci officinal

Fleur de souci © Secrets de plantes

Botanique

Très répandu et cultivé dans les jardins de toute l’Europe tempérée, le souci, ou fleur de tous les mois ou encore souci des jardins, aussi appelé de son nom latin calendula, n’existe pas à l’état sauvage, sinon échappé des jardins.

Calendula officinalis de la famille des Asteraceae : Ses gros capitules orange vif se balancent en haut de ses tiges ramifiées atteignant 30 à 50 cm de haut. Une de ses particularités anatomiques est la différence entre ses fruits : les externes peuvent être ailés, les mitoyens et les internes hérissés d’épines comme des chenilles, de très recourbés et allongés à concaves et courts.

Apprendre à le reconnaître avec la Flore

Composition chimique et usages actuels

souci officinal

souci officinal

La fleur renferme :
– 12 % de glucides : osides (environ 6 % de mucilages)
– 5,3 % de lipides
– 10 % de matières minérales
– des acides organiques
– des composés phénoliques représentés par :
. des acides phénoliques : acide salicylique
. des flavonoïdes, particulièrement des flavonols : hétérosides de l’isorhamnétine et de la quercétine, isorhamnétine 3-rutinoside
. des tanins
– des terpénoïdes parmi lesquels :
. des triterpènes : saponines (bidesmosides et monodesmosides de l’acide oléanolique), stéroïdes (phytostérol, taraxastérol)
. des caroténoïdes abondants : carotènes, lycopènes, violaxanthines, flavoxanthines
. alpha et beta-amyrines, arnidiol, faradiol, ursadiol, calenduladiol, héliantriol
– de la lignine
– 0,02 % d’une huile essentielle à dérivés sesquiterpéniques oxygénés
Les caroténoïdes et les flavonoïdes donnent à la fleur sa brillante couleur orangée.

Le souci connaissait jadis une grande vogue en médecine populaire. Il a été inscrit à la première édition de la Pharmacopée Française en 1818.
En usage interne, il est réputé sudorifique, emménagogue, antispasmodique et cholérétique.
Anti-inflammatoire et cicatrisant efficace, le souci atténue les inflammations de la peau et des muqueuses et favorise la cicatrisation rapide des plaies. Il est en outre antibactérien et anti-prurigineux.
On lui attribue enfin des vertus analgésiques.

Usages pharmaceutiques
Le souci est utilisé comme traitement adoucissant et anti-prurigineux (coups de soleil, brûlures superficielles, érythèmes fessiers, piqûres d’insecte), comme trophique protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures et gerçures.
On le recommande pour nettoyer et panser les brûlures, les engelures, les plaies infectées, et contre diverses maladies de peau (acné, impétigo, ulcères, eczéma, abcès).
Il est toujours utilisé dans des bains oculaires.

Usages cosmétiques
Le souci constitue un excellent actif pour tous les soins adoucissants. Il est d’autre part réputé hydratant et antiseptique.

L’homéoplasmine, cette pommade miracle contient du souci. Elle est encore plus efficace que ce que dit sa notice. Je montais à cheval en Mogolie et le jeune homme qui s’occupait de notre intendance avait un très vilain furoncle sur la lèvre. Je l’ai badigeonné d’homéoplasmine et tout a disparu en deux jours. Dès que je vois apparaître un gros bouton, j’en mets et il disparaît avant de “mûrir”.

C’est une vieille femme qui la préconisait déjà il y a soixante ans à ma grand mère et son usage s’est transmis de mère en fille et j’espère bien que cela ne s’arrêtera pas. On ne sait jamais: un pharmacien à qui j’en demandais un tube m’a dit : c’est efficace ce truc? Sous prétexte que c’est à base de plantes, la médecine doute!

Usages traditionnels

Soucis

champ de soucis © Secrets de plantes

C’est la plante de la peau.
On en utilise la fleur en tisane, en pommade, en teinture ou en cataplasme.
En usage interne, il est réputé sudorifique, emménagogue, antispasmodique et cholérétique. Anti-inflammatoire et cicatrisant efficace, le souci atténue les inflammations de la peau et des muqueuses et favorise la cicatrisation rapide des plaies. Il est en outre antibactérien, anti-prurigineux, analgésique.
Médecine populaire le souci est traditionnellement utilisé comme traitement adoucissant et anti-prurigineux des coups de soleil, des brûlures superficielles, des érythèmes fessiers, des piqûres d’insecte), C’est un trophique protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures et gerçures.
Il est encore traditionnellement employé comme antalgique dans les affections de la cavité buccale, soulageant les maux de gorge ou les enrouements légers.
Il est toujours utilisé dans des bains oculaires.
En cosmétique, le souci constitue un excellent actif pour tous les soins adoucissants. Il est réputé hydratant et antiseptique.
La fleur de souci est un aromate.
Le petit souci des vigne (Calendula arvensis) est en fait bien plus actif que le souci officinal.

Folklore

Les Romains ont nommé le souci “fleur des calendes”. Doit-il cette appellation à ses fleurs, toujours tournées vers le soleil, s’ouvrant dans la journée et se fermant le soir ?
La plante a des utilisations magiques. Des guirlandes de soucis encadrant une porte empêchent le mal d’entrer dans la maison.
Répandue sous le lit, la fleur protège le sommeil et permet au rêve de devenir réalité.
Si vous devez vous rendre au tribunal, glissez une fleur dans votre poche pour favoriser le regard de la justice.
Mêlées au bain, les fleurs vous apporteront respect et admiration.
Le souci aurait la particularité d’émettre des petites étincelles lumineuses dans la nuit. Et, lorsque la lune se montre en plein jour, les vierges parviendraient à comprendre le langage des oiseaux en foulant, pieds nus, un parterre de soucis.

Recettes

le souci en aromate

En Allemagne on vend chez certains épiciers du souci séché car dit-on : “aucun potage n’est réussi s’il ne contient du souci séché”.
Ses pétales ornent à ravir une salade ou une gelée de fruits.
Ses bourgeons confits au vinaigre sont conseillés aux rachitiques.

pâte au souci

Ingrédients de la pommade de souci
5 g de teinture de souci
10 g d’oxyde de zinc
10g de lanoline
10g de vaseline
Pour soigner l’impétigo, les eczémas squameux, les dermatoses lichnéfiées.
Recette du Dr H.Leclerc.

inflammation des yeux

Ingrédients :
1 grosse poignée de fleurs de souci
5 fleurs de bleuet
5 fleurs de sauge
Faire infuser 10 mn dans 1 litre d’eau bouillante. Filtrer. Baigner l’œil avec une œillère.

verrues

Ingrédients
20 g de fleurs fraîches écrasées
dans 1 litre de vinaigre de vin.

Faire macérer 3 ou 4 jours avant emploi.

Suc frais de souci

Utilisé pur sur les taches de vieillesse.
Utilisé avec un peu de vin blanc ou d’eau de vie contre les maux de dents et les névralgies faciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: