Le mandarinier

mandarinier © Secrets de plantes

mandarinier © Secrets de plantes

Le mandarinier ou Citrus reticulata Blanco de la famille des Rutaceae,  est originaire d’Asie, de Chine et du Japon. Il fut importé d’Indochine au XIXe siècle, en 1828 dans la partie occidentale du bassin méditerranéen. Le mandarinier est un petit arbre à port régulier qui apprécie la chaleur.

Il en existe beaucoup de variétés. Croisé avec l’orange amer, en Algérie par le Père Clément, il a donné le clémentinier, dont le fruit est plus précoce et presque sans pépins. Mais il est tout à fait possible, dans l’état des connaissances agronomiques actuelles, d’obtenir des mandarines sans pépins.

Arbuste de 5 à 8 mètres de haut, il est entièrement glabre, soit sans épines, soit à épines courtes et droites. Ses rameaux sont nombreux, le feuillage est dense, avec des feuilles entières ou vaguement crénelées, lancéolées, allongées, légèrement coriaces, leur pétiole aplati en-dessus, un peu ailé est articulé. Les fleurs sont petites et blanches, axillaires, de 4 à 7 cm de diamètre. Le fruit est globuleux, aplati aux deux pôles, sa peau est jaune-orangé, on y distingue des petite dépressions qui sont les cavités où est contenue l’essence. L’odeur de la peau à l’ouverture est très fine.

Usages

La médecine vietnamienne considère l’écorce sèche des fruits comme efficace dans le traitement de la toux, de douleur pectorale, d’expectoration excessive, de dyspepsie, de colique, de diarrhée, d’éructation, de vomissements. C’est également un remède anti-rhumatismal et diurétique.
Pour guérir la colique et la mastite, on fait appel à l’application externe de cataplasmes préparés avec des feuilles fraîches chauffées et à la décoction de feuilles sèches.
Sa haute teneur en vitamine C lui confère des propriétés toniques, antiscorbutiques et anti-infectieuses.
L’essence de mandarine, liquide jaune pâle à fluorescence bleue et d’odeur spéciale fine, est utilisée en parfumerie, pour aromatiser les sirops médicaux et pour confectionner une liqueur bien connue la “Mandarinette”.
Pour obtenir un kilogramme d’essence il faut de 2000 à 2500 fruits.

Composition chimique et usages actuels

Le fruit contient :
– des composés phénoliques : des flavonoïdes et des terpénoïdes (stéroïdes)
– une huile essentielle (contenue dans le zeste) composée de :
. coumarines, notamment des furocoumarines
. terpénoïdes : monoterpènes (65 à 75 % de limonène, 10 à 20 % de gamma-terpinène, 1 à 3 % de beta-pinène, anthranilate de méthyle, anthranilate de diméthyle, géraniol, linalol, citral, citronnellal)
L’huile essentielle de mandarine est antispasmodique, carminative et digestive.
On lui reconnaît d’autre part des propriétés cholagogues ; elle serait également légèrement diurétique et laxative.
L’huile essentielle possède par ailleurs des vertus sédatives. Elle est anti-oedémateuse par stimulation de la circulation lymphatique.
Elle est enfin antibactérienne et antifongique.
Utilisations alimentaires
L’huile essentielle peut être employée comme ingrédient aromatisant dans les sucreries, les boissons, les liqueurs.
Utilisations pharmaceutiques
L’huile essentielle traiterait la rétention d’eau et l’obésité, les troubles digestifs, le hoquet.
On l’utilise souvent chez le jeune enfant et la femme enceinte pour traiter les insomnies, les troubles nerveux.
Utilisations cosmétiques
L’huile essentielle de mandarine est recommandée pour ses propriétés antiseptiques et tonifiantes.
Ces propriétés font des extraits et de l’huile essentielle de mandarine un actif utilisé dans :
– des shampooings et lotions tonifiants pour cheveux mous et plats, des soins anti-pelliculaires pour cheveux gras
– des crèmes antiseptiques et astringentes pour peaux mixtes et grasses à tendance acnéique
– des lotions toniques pour peaux fatiguées et ternes
– des crèmes toniques anti-vergétures

Folklore

L’autre nom donné au mandarinier fut “citrus”, citron, car le fruit ressemble au citron nobilis pour la qualité exquise de ses fruits.

Le nom de mandarine vient du fait que ce fruit était traditionnellement offert aux Mandarins dans la Chine ancienne. Le nom du fruit en chinois : “gut”, est un homonyme du mot fortune, chance. La mandarine symbolise la chance et a sa place sur les autels des temples, lors des fêtes d’anniversaire et surtout pendant des célébrations du nouvel an chinois.

Recettes

Confiture de mandarines

Ingrédients
1 kg de mandarines
850 g de sucre
2 dl d’eau.

Choisissez des mandarines à peau épaisse. Lavez-les et épluchez-les. Jetez les écorces dans une grande quantité d’eau bouillante et laissez bouillir 5 minutes. Égouttez-les. Coupez ces écorces en fines lanières avec des ciseaux. Retirer avec soin les parties blanches qui adhèrent étroitement à la pulpe, opération qui demande soin et patience. Séparez les mandarines en quartiers. Ôtez les pépins. Pesez ces quartiers et prenez le même poids de sucre. Faites un sirop de sucre à la manière habituelle en faisant chauffer doucement sucre et eau. Quand le sirop bout, jetez-y écorces et quartiers de mandarines. Laissez bouillir 45 à 50 minutes. Lorsque le fruit devient transparent, le sirop est suffisamment consistant. Supprimez la source de chaleur et remuez bien avant de mettre en pots. Les pépins des mandarines rassemblés dans un petit sac de mousseline et mis dans le sirop avec les quartiers et les écorces de mandarines conféreront à votre confiture un parfum spécial des plus agréables.

Eau de vie de mandarines

Ingrédients
1 mandarine
1 bocal avec fermeture à bouchon émeri
1 fil blanc
alcool de fruits
sucre candi
Remplissez votre bocal d’eau de vie et versez le sucre candi. Ficelez la mandarine en 4 et faites passez sur les côtés du  bouchon. Rangez dans un placard. Attendez 1 an. Vous retrouverez la mandarine momifiée. Ôtez-la pour la jeter. Cette liqueur ressemble à du Cointreau ; elle est excellente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: