La roquette

Roquette © Secrets de plantes

Roquette © Secrets de plantes

La roquette cultivée ou rouquette ou riquette ou salade de 24 heures, Eruca sativa de la famille des Brassicaceae, est spontanée dans le midi de la France et de l’Europe, on la trouve en Asie occidentale et en Afrique du nord.
Elle apprécie les terres en friche, les décombres, les carrières, les bords de chemin.

La roquette est une herbacée annuelle de 80 cm de haut, la plante est rameuse et velue vers la base. Les feuilles sont oblongues, épaisses en lobes inégaux, le lobe terminal est plus grand que les autres. Les fleurs sont de type 4 : 4 sépales dressés et 4 pétales en forme d’onglet. Chaque pétale est de couleur jaunâtre, blanchâtre, veiné de brun ou de violet. La floraison a lieu d’avril à juin et de septembre à novembre. Le fruit est une silique dressée sans poils, terminée par un bec aplati, contenant deux rangées de graines minuscules. Toute la plante répand une odeur forte, piquante, surtout quand on la froisse. Sa saveur est âcre, amère et piquante, bien spécifique.

Usages

Pour Pline, la roquette est diurétique et stimulante, ses graines sont vomitives et ses feuilles antiscorbutiques, leur gaine étant rubéfiante. Pour les Anciens c’est une plante aphrodisiaque.
Les médecins arabes la comptaient parmi les légumes qui guérissaient  le scorbut.

Au moyen âge elle était utilisée comme condiment à l’égal de la moutarde blanche. Sa réputation d’aphrodisiaque était si solidement ancrée qu’un proverbe médiéval engageait les moines à la bannir de leurs jardins :
“ non convent monoechis ut in hortis erucam alant ».

Elle est cultivée en tant qu’oléagineuse et sert de condiment pour les salades.
Son nectar abondant la fait apprécier des apiculteurs.
L’huile obtenue des graines sert pour l’éclairage en Inde et leur tourteau pour nourrir le bétail.

Composition chimique et utilisations actuelles

Les parties aériennes renferment :
– des glucides, principalement des oses et des osides (pectine)
– des protides dont des protéines
– des matières minérales telles que le soufre
– des acides organiques : acide ascorbique (vitamine C)
La roquette présente des propriétés cicatrisantes et hémostatiques. Elle jouit entre autres d’activités dépuratives, diurétiques, stomachiques et expectorantes.

Utilisations pharmaceutiques

La roquette est recommandée dans les traitements des affections de l’appareil respiratoire (laryngite, trachéite, bronchite et coqueluche). Elle désinfecte et cicatrise les plaies, elle stoppe les hémorragies.

Utilisations cosmétiques

Les extraits de roquette ont des vertus antiseptiques, purifiantes et séborégulatrices. Ils sont aussi hydratants et régénérants.

On recommande leur utilisation dans :

– des shampooings pour cheveux gras à tendance pelliculaire
– des lotions capillaires pour cuir chevelu séborrhéique
– des crèmes régénérantes pour peaux matures
– des crèmes antiseptiques pour peaux mixtes ou grasses à tendance acnéique

Folklore

La roquette vraie ou Eruca sativa tient son nom « Eruca » du latin « urere » : brûler en rapport avec sa saveur qui irrite les muqueuses et fait larmoyer les yeux; « sativa » signifie cultivé.

Elle est un symbole d’amour, ce qui n’est pas sans rapport avec ses propriétés aphrodisiaques.

Le Révérend Père Murille de Saint-Michel fait remarquer dans son traité de Phytologie sacrée, que les herbes dont la forme affecte la forme d’une croix (les Crucifères) se plaisent dans les terres en friches et parmi les décombres comme pour mieux servir d’emblème à l’humilité qui convient au chrétien.

Recettes

Mesclun

Le mesclun était un assemblage de plantes sauvages comestibles semées très serrées, arrosées abondamment et laissées au plein soleil de Nice ou de Cannes.
Lorsque les pousses étaient assez grandes et encore tendres on les coupait toutes ensemble pour la salade et on laissait  repousser les pieds avec les mêmes soins d’arrosage.
Le mesclun de Nice et celui de Cannes n’ont pas la même composition. Mais actuellement les herbes sauvages ont été remplacées par des herbes à salade cultivées.
La roquette en est la composante obligatoire.

Mescluns sauvages

A Nice, “lou mesclum” était fait des feuilles de
pissenlit
bourrache
roquette
séneçon
cerfeuil
barbe de bouc (scorsonaire sauvage)
barbe de capucin ( chicorée sauvage)
pimprenelle
pourpier

A Cannes, la costelline comprenait des feuilles de
raiponce, de doucette, de pimprennelle..), elle a complètement disparue.

Mesclun actuel

Il est composé de feuilles de
scarole jeune, divisée aux ciseaux
salade rouge de Trèvise
un peu de pissenlit ou de mâche
très peu de roquette.
Améliorez-le avec un demi-bouquet de cerfeuil, quelques feuilles jaunes de scarole.

Assaisonnement du mesclun

Jamais d’ail
sel
pas ou peu d’acidité
de la bonne huile d’olive.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.