l’érysimum, plante des orateurs, des comédiens et des chanteurs

érysimum © Secrets de plantes

érysimum © Secrets de plantes

J’ai été étonnée du grand nombre de visites sur ce blog pour lire cet article sur l’érysimum. J’ai donc complété la fiche de données plus techniques.

L’érysimum, ou encore barbarée, vélar, herbe aux chantres, Sisymbrium officinale, de la famille des Brassicaceae, est une plante annuelle ou bisannuelle, velue, dressée, à rameaux étalés. La tige raide et dure de 30 à 60 cm de haut étend presque à angle droit des rameaux.
Les feuilles sont divisées en une seule fois en lobes larges, irréguliers et inégaux. Les fleurs, minuscules, sont jaune pâle et réunies en grappes. Elles apparaissent de juin à octobre.
Le fruit est un silique de 2 cm de longueur appliqué contre la tige.

L’érysimum est répandu dans toute l’Europe, la plus grande partie de l’Asie et dans toutes les régions tempérées. Elle se rencontre au bord des chemins, dans les cours des villages, les terrains vagues et les décombres.

Usages

Dioscoride considérait l’érysimum comme très efficace contre les catarrhes pulmonaires, les toux purulentes, l’ictère et les poisons.
Matthiole (1554) en utilisait les graines contre les pertes séminales et la donnait dans du vin pour expulser les calculs rénaux.
L’action bienfaisante de l’érysimum sur le larynx et le pharynx a été reconnue par Cazin en 1854, par Saintignon en 1908 et par divers autres, elle a été ensuite confirmée par le Dr H. Leclerc.

Usages actuels

La plante renferme des glucides notamment des osides (mucilages et pectine) et des traces d’huile essentielle contenant des dérivés soufrés

L’érysimum possède des propriétés anti-inflammatoires et antispasmodiques.

On lui attribue également des activités antitussives et expectorantes.

On lui reconnaît par ailleurs des vertus diurétiques.

Les extraits d’erysimum sont adoucissants, astringents et hydratants.

En pharmacie, l’erysimum est traditionnellement utilisé dans le traitement de la toux, au cours des affections bronchiques aiguës bénignes, lors des affections de la cavité buccale ou de l’oropharynx (enrouements et maux de gorge).

En cosmétique, on les recommande dans :

– des produits capillaires pour cheveux gras

– des laits hydratants pour le corps

– des crèmes adoucissantes pour les mains

– des produits de soin du visage pour les peaux sèches, mixtes et grasses, mais également pour les peaux sensibles.

Folklore

erysimum © Secrets de plantes

erysimum © Secrets de plantes

“Sisymbrium” vient du grec “sisymbrion”, ancien nom d’un cresson.

Les preuves indubitables de ses succès en médecine datent de la Renaissance, sous la plume de Jacques Dalechamps, témoin élogieux de son confrère de Montpellier, Guillaume Rondelet, qui avait rendu, grâce à l’érysimum, sa voix d’ange à l’enfant de choeur : ainsi, au XVIIe. siècle, Racine lui-même conseille ce remède à Boileau qui s’était plaint d’être aphone en lui racontant le succès quasi miraculeux de cette herbe utilisée pour traiter la perte de voix d’un petit chanteur, aphone depuis 6 mois, qui devait chanter en solo devant le Roi à Notre Dame de Paris. Depuis, l’érysimum s’appelle l’”herbe au chantre”, elle est devenue la plante des orateurs, des comédiens et des chanteurs.
Une fois séchée, elle ne garde pas ses propriétés, aussi vaut-il mieux , à la ville ou hors saison, l’employer sous des formes galéniques respectant son action, tels sirop et boules de gomme qui, sont actuellement vendus en pharmacie pour lutter avec un succès jamais démenti contre les enrouements  et les pertes de voix. Demandez à voter pharmacien des pastilles avec érysimum.

Recettes

baume contre les coupures

Faire macérer les feuilles dans l’huile d’olive pour obtenir un excellent baume contre les coupures.

Salade

L’érysimum remplace avantageusement le cresson ou la roquette en salade. Elle est économique et antiscorbutique

21 comments for “l’érysimum, plante des orateurs, des comédiens et des chanteurs

  1. miya
    21 mai 2010 at 11:25

    ou est-ce que je peux trouver de l’erysimum?j’habite en ile de france creteil.merci

  2. 21 mai 2010 at 15:54

    L’érysimum est utilisé en phytothérapie, donc vous le trouverez en gélules dans les pharmacies (plus commode que d’aller la cueillir si vous êtes à Créteil et dosée correctement!), sur commande si la pharmacie n’est pas spécialiste de phytothérapie. Je ne ferai pas de pub pour les labos pharmaceutiques, mais on trouve des gélules d’érysimum chez plusieurs laboratoires pharmaceutiques. N’oubliez pas que la phytothérapie n’est pas l’allopathie, elle n’est efficace qu’à long terme. C’est une façon d’améliorer son terrain pour résister aux maladies et lutter contre ses petits inconforts.

  3. bougerolles
    15 décembre 2010 at 13:52

    la phyto ou l’aroma ne sont pas a opposer a l’allopathie; elle peuvent entrainer des synergies interessantes

  4. Gaël
    29 novembre 2011 at 16:01

    Bonjour et merci pour cet article. Quand vous dites que « L’action bienfaisante de l’érysimum sur le larynx et le pharynx a été reconnue par Cazin en 1854, par Saintignon en 1908 et par divers autres, elle a été ensuite confirmée par le Dr H. Leclerc »… Serait-il possible de connaître les sources de ces informations (en particulier des recherches du Dr Leclerc) ?

  5. 30 novembre 2011 at 17:45

    Voici une bonne bibliographie sur la phytothérapie et les plantes sauvages…Et la référence du livre du docteur Leclerc.
    Henri Leclerc, Précis de phytothérapie, éd. Masson
    Dr Henri Leclerc, in Revue de phytothérapie, mars 1953 (1976)
    « Aromatherapy workbook », Marcel F. Lavabre, Healing Arts Press, 1990
    « Au bonheur des plantes », Pierre Michel, Lis Michel, Ed. Le pré aux clercs, Lonvray, 1992, 476 p. épuisé
    « Chinese Herbs, Their Botany, Chemistry and Pharmacodynamics », John D. Keys, Charles E. Tuttle Company, 1976
    « Compendium de Phytothérapie », J. Van Hellemont, Edition du Service scientifique de l’APB, 1986
    « Council of Europe », Plant preparations used as ingredients of cosmetic products, 1st Edition, Council of Europe, Strasbourg, 1989
    « Deutsches Arzneibuch (DAB9) », Deutsches Apoteker Verlag, Stuttgart Govi-Verlag GmbH, Frankfurt a/Main, 1986
    « Dictionnaire des plantes qui guérissent », Debuigne Gérard, coll. Livres de poche, Ed. Larousse, Paris 1972, 255 p.
    « Elementi di fitocosmesi », G. Proserpio, A. Martelli, G.F. Patri, Sepem Società Editrice, 2 tomes, 1983
    « Encyclopedia of Common Natural Ingredients », A.Y. Leung, John Wiley et Sons, 1980
    « Enciclopédia de Plantas Brasileiras », D. et C Alzugaray, Editora Três Ltda, Brasil, 3 tomes, 1988
    « Flore de l’Abbé Coste, Nomenclature actualisée », Balayer M. et Napoli L., Ginebre n°9 spécial, Société catalane de botanique et d’écologie végétale, 1992 Caudiès de Fenouillèdes, 194 p.
    « Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes », Coste H. (Abbé), Librairie Blanchard A., Mayenne, 1985 en 3 tomes : 1 : 416 p, 2 : 627 p., 3 : 807 p.
    « Guide de l’herboriste -droguiste », Compain M., Ed. Compain, Limoges, 1939
    « Guide des algues des mers d’Europe », Delachaux et Niestlé Ed., collectif, Paris 1992, 231 p.
    « Guide des plantes médicinales », P. Schauenberg, F. Paris, Delachaux et Niestlé, 1974
    « Guide to Quasi-Drug and Cosmetic Regulations in Japan », Yakuji Nippo, Ltd, 1992
    « Herbal Drugs and Phytopharmaceuticals », Norman Grainger Bisset, CRC Press, 1994
    « Herbes et épices », « Petit dictionnaire de sorcellerie culinaire », Boisvert Clotilde et Hubert Annie, Ed. Albin Michel, Paris 1977, 207 p.
    « International Cosmetic Ingredients Dictionary », Sixth Edition, Editors John A. Wenninger, G.N. McEwen, Jr, Ph. D., J.D., Washington 1995
    « L’aromathérapie exactement », P. Franchomme, Dr. D. Penoel, Roger Jollois Editeur, 1990
    « La flore d’Europe occidentale », Blamey M., Grey-Wilson C., Ed. Arthaud, Glasgow 1991, 544 p.
    « La cuisine des plantes sauvages », Rustica Sens Pratique », Boisvert Clotilde, Ed. Dargaud, Paris 1984, 302 p.
    « Larousse des plantes qui guérissent », G. Debuigne, Editeur Larousse, 1974
    L’Ecole des Plantes, Clotilde Boisvert, Cours d’Herboristerie de 2ème année
    « Le Erbe », U. Boni, G. Patri, Gruppo Editoriale Fabbri, 1977
    « Le livre des bonnes herbes », Lieutaghi P., Ed. Morel Brive la Gaillarde 1966, 529 p., épuisé
    « Le piante medicinali d’Italia », L. Palma, Società Editrice Internazionale, 1964)
    « Les Algues, Thérapeutiques naturelles », Dr. Y. Donadieur, J. Basire, Editions Maloine, 1985
    « Les plantes cultivées à l’époque de Charlemagne » dans « Ecologie et biogéographie » (série poitevine), Mathon C.C., Faculté des Sciences, Université de Poitiers, 1985
    « Les plantes dans la thérapeutique moderne », L. Bezanger-Beauquesne, M. Pinkas, M. Torck et F. Trotin, Editeur Maloine, 1975
    « Les simples entre nature et société », « Histoire naturelle et thérapeutique traditionnelle et actuelle des plantes mécidinales françaises », Lieutaghi P., EPI, Forcalquier (04) 1983, 159 p.
    « Manuel des Corps Gras », Alain Karleskind, Ed. Lavoisier, 2 tomes, 1992
    « Matière médicale », R. R. Paris et H. Moyse, Editeur Masson et Cie, 3 tomes, 1967
    « Medicinal Plants of East and Southeast Asia », L.M. Perry, J. Metzger, The MIT Press Cambridge, Massachusetts and London, England, 1980
    « Micro-algal biotechnology », Michael A. Borowitzka, Lesley J. Borowitzka, Cambridge University Press, 1992
    « Nos grand-mères savaient… » Palaiseul Jean, (Ed. Bernard Laffont 1972), Ed. Le livre de poche, Paris1980, 542 p.
    « Nouveau Dictionnaire des Huiles Végétales », Eugène Ucciani, Technique et Documentation, Lavoisier,1995
    « Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales », J. Bruneton, Editeur Lavoisier, 1993
    « Pharmacopées traditionnelles en Guyanne – Créoles, Palikur, Wayãpi », P. Grenand, C. Moretti, H. Jacquemin, Editions de l’ORSTOM, 1987
    « Pharmacopée Française », Xème Edition, Commission permanente de la Pharmacopée, Paris
    « Phytothérapie Conseils et Prescriptions », Dr. Max Rombi, Editions Romart, 1994
    « Plant Drug Analysis », H. Wagner, S. Bladt, E.M. Zgainski, Springer-Verlag, Berlin Heidelberg New-York Tokyo, 1984
    « Plantes médicinales », C. Vigneau, Editeur Masson, 1985
    « Plantes mécidinales et vénéneuses de France », Fournier P., Ed. Paul Le Chevalier, Paris, 1947, 635 p.
    « Plantes médicinales des régions tempérées », L. Bezanger-Beauquesne, M. Pinkas, M. Torck et F. Trotin, Editeur Maloine, 1980
    « Plantes utiles de Polynésie et Raau Tahiti », P. Petard, Editions Haere Po No Tahiti, 1986
    « Ressources médicales de la Flore Française », G. Garnier, L. Bezanger-Beauquesne, G. Debraux, Vigot Frères Editeurs, 2 tomes, 1961
    « Secrets d’une herboriste », Mulot Marie-Antoinette, Ed. du Dauphin, (France Loisir 1987), 500 p.
    « Secrets et vertus des plantes médicinales », Reader’s digest, 2ème édition, Paris 1977, 463 p.
    « The encyclopaedia of Essential oils », Julia Lawless, Element Books Limited, 1992
    « The Pharmacology of Chinese Herbs », Kee Chang Huang, CRC Press, 1993

  6. Gaël
    5 décembre 2011 at 15:39

    Merci !

  7. Nadine
    5 janvier 2012 at 17:44

    Bonjour,
    Vous indiquez que cette plante ne garde pas ses propriétés, une fois séchée. Une tisane contenant de l’erysimum séché n’a donc aucune efficacité ?

  8. 5 janvier 2012 at 19:33

    C’est exact, la plante contient des substances volatiles qui s’évaporent à la dessication. Il faut donc soit le consommer frais, soit acheter en pharmacie des spécialités contenant de l’érysimum et qui auront été élaborées de façon à conserver les principes actifs de la plante.

  9. Cyril
    7 janvier 2012 at 14:22

    Pour les angines, l’erysimum associé à d’autres plantes à un effet remarquable contre l’inflammation des amygdales et du pharynx. Prendre en gargarisme répété toutes les deux heures le mélange suivant:
    – 60g d’erysimum
    – 100g de feuilles d’Aigremoine
    – 100g de pointes de ronce.
    Doser à hauteur d’une cuillère à soupe de ce mélange par tasse d’eau en décoction.
    Une prise de paracétamol en plus et le tour est joué, ce mélange est proche de l’allopathie.

  10. Eric
    12 juillet 2012 at 9:28

    Le plus simple c’est d’acheter en pharmacie des pastilles Euphon (laboratoires Mayoly Spindler)à base d’Erysimum ; ça calme la toux et les enrouements et ça se conserve indéfiniment.

  11. 12 juillet 2012 at 10:10

    C’est vrai que la plupart du temps, l’utilisation des plantes médicinales est plus simple en achetant tisanes et produits à base des plantes que l’on souhaite. Ceci étant, les recettes sont là pour ceux qui vivent à la campagne, ont des jardins et prennent plaisir à cueillir ces plantes. C’est très agréable…Mais il est vrai qu’en sachets, en pastilles ou en sirop, ces plantes sont tout aussi efficaces.

  12. vez
    29 octobre 2012 at 17:20

    Je sais que sur Paris il y a une pharmacie qui vend les « gouttes du Bolchoi », recommandées par beaucoup de chanteurs, et qui doivent en contenir.

    A Lyon, et ca c’est sur, la pharmacie du Mail a la Croix-Rouuse vend une préparation qui en contient et qui marche remarquablement.

  13. Olivia
    26 novembre 2012 at 6:09

    Chanteuse ,j’utilise depuis longtemps l’érysimum en teinture mère. J’en mets dix pressions dans une bouteille d’un litre d’eau avant et pendant mes spectacles a la suite de rhumes et les effets sont miraculeux!!Cette plante à sauvé bon nombre de mes prestations. Je ne remercierai jamais assez mon ancien pharmacien qui m’a fait connaître cette formule encore mieux que les produits euphon!!! Pour info les gargarismes avec ce produit sont aussi très bien en cas de mal de gorge.

  14. FAUVET
    6 mai 2013 at 22:00

    Je suis prof (d’anglais, heureusement parce que la question anti-spam est en Anglais!) et souvent aphone…, mais je ne peux pas aller à Paris acheter les gouttes du Bolchoi. Est-ce que la pharmacie peut les envoyer? Est-ce que l’erysimum seul est aussi efficace? Qu’est-ce qu’une teinture mère et où est-ce qu’on la trouve? Est-ce que l’erysimum existe en gouttes d’huiles essentielles? D’avance merci

  15. 6 mai 2013 at 23:47

    pour l’erysimum, voyez le commentaire de la chanteuse. Et en pharmacie vous trouvez tout simplement des pastilles pour la gorge avec erysimum qui sont assez efficaces. Mais si vous êtes prof et que vous avez à parler souvent, et pour cause, voyez sur mon blog comment se chauffer la voix et vous aurez bien moins de problèmes.Lorsque je faisais des cours et des animations scientifiques sous chapiteau pour un grand public, je me chauffais la voix comme décrit ci-dessous et c’est très efficace.
    http://mieux-se-connaitre.com/?p=4335

  16. FAIZ
    8 février 2014 at 12:16

    « L’érysimum, ou encore barbarée, vélar, herbe aux chantres, Sisymbrium officinale » pourquoi dire qu’il s’agit de la même plante?

  17. 8 février 2014 at 18:45

    Parce que c’est bien la même plante : son nom latin est la Sisymbrium officinale.

  18. claudine
    12 février 2014 at 16:43

    Je suis stupéfaite de l’effet de cette plante : depuis plusieurs jours j’avais une toux qui à certains moments était très douloureuse. Ayant encore dans ma pharmacie un sirop ordonné précédemment par mon médecin, j’en prenais plusieurs fois par jour ainsi que du paracetamol. N’ayant pas vraiment de résultat je suis allée à la pharmacie demander un sirop homéopathique avant de me décider à aller voir mon médecin. Au lieu d’un sirop, la pharmacienne m’a conseillé des pastilles à base d’érysium. Après en avoir sucé une première, j’ai eu une quinte de toux avec l’impression de m’étouffer. Je ne croyais pas trop à ces pastilles qui soignent « l’enrouement ». Quelque temps après j’en ai sucé une deuxième et pour ‘instant, je me sens libérée !
    Je fais confiance à l’homéopathie et aux plantes mis là, j’ai presque l’impression d’un remède miracle.

    Claudine

  19. Justine
    30 décembre 2014 at 10:43

    Je fais parti d’une chorale cette année mais je suis un peu âgée, ma voix n’est plus aussi claire qu’autrefois. Puis-je attendre une amélioration avec la teinture mère d’Erysimum que je possède, et commet l’utiliser, un verre d’eau avec une giclée plusieurs fois pas jour ? 5 ou 6 fois ? Tous les jours ? ou pendant combien de temps ?
    Merci d’avance de votre réponse.

  20. 27 janvier 2015 at 0:30

    Demandez à un pharmacien un peu spécialisé dans les plantes. Je ne suis pas médecin. J’ai juste travaillé avec des ethnobotanistes et des botanistes pour réaliser le CD-rom sur les plantes qu’aujourd’hui je mets en ligne. Vous pouvez aussi demander au pharmacien des pastilles contenant de l’erysimum, il y en a plusieurs aujourd’hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: